LES ORIGINES DE LA CULTURE DE L'OLIVIER


Les racines de l'olivier, tout comme celles de la vigne ou du blé, ont été baignées dans la mémoire de l'homme, mêlant étroitement religions, superstitions, mythes et bienfaits.

Oléum primum arborum (l'olivier est le premier des arbres)

Rapporté par la bible mais déjà présent dans la préhistoire.

Le berceau de l'olivier doit se situer en Asie mineure où il était cultivé sous une forme primitive au début du néolithique.

La paléobotanique a permis de reconstituer les premiers aliments de l'âge de bronze en identifiant aussi bien des grains de raisins, des céréales et des noyaux d'olives.

L'olivier pourrait avoir été mis en culture au Proche-Orient dans un secteur comprenant la Syrie, la Palestine et la Phénicie.

Répartition de la culture de l'olivier autour du bassin méditerranéen

Les fouilles archéologiques ont mis à jour des fresques et des jarres témoins d'une intense activité liée à la culture de l'olivier et du commerce de son huile en Crête et sur les rivages Egéens dès le 3ème millénaire.

C'est vers 1500 ans avant J.C. que la culture de l'olivier est introduite en Egypte comme l'atteste le découverte de couronnes de feuilles d'olivier dans les tombes.

Au 6ème siècle avant J.C. les premiers colons Phocéens installent leurs comptoirs sur la côte méridionale créant ainsi Massilia et initient les habitants du Narbonnais à la taille de la vigne et de l'olivier.

On retrouve alors, au grée des pérégrinations colonisatrices, l'olivier en Afrique, jusqu'aux confins du désert, au-delà des océans par les Espagnols désireux de recréer le paysage familier de leurs terres natales.

Il se plaît entre le 25e et le 45e degré de latitude, ce qui a d'ailleurs permis de l'introduire avec succès au Japon, aux Etats Unis (Californie), au Mexique pour l'hémisphère nord, en Australie et dans divers pays de de l'Amérique du Sud pour l'hémisphère Sud.

Ses origines en font l'arbre généreux des terres pauvres et familier des paysages Méditerranéens où il est le gardien d'une civilisation qui ne disparaîtra qu'avec lui.

huile d'olive